Les élèves de Sainte-Menehould imaginent une nouvelle planète

Publié le 24/03/2021
Mis à jour le 25/03/2021
Culture
Vue 671 fois

Lundi 22 mars, l'artiste-plasticienne rémoise Gladys Bourdon s'est rendue au collège Jean-Baptiste Drouet de Sainte-Menehould, afin d'animer, avec leur professeure d'arts plastiques, un atelier mêlant matière scientifique et artistique auprès d'élèves de 6ème.

 

Dans le cadre du dispositif Collèges en scène mis en oeuvre par le Département de la Marne, cet atelier s'inscrit dans la continuité du projet "Dans la peau d'un extraterrestre", dont la première étape était la visite du Planétarium de Reims au mois de janvier dernier.

 

Susciter l'imaginaire à travers la démarche créatrice

 

L'objectif de l'artiste est de travailler autour du monde extraterrestre, de susciter l'imaginaire à travers la démarche créatrice. Elle aborde avec les collégiens l’infiniment grand et l’infiniment petit pour qu'ils comprennent et analysent les rapports d'échelle ainsi que les données visuelles scientifiques.

 

Gladys Bourdon commence son atelier par la présentation d'une image en noir et blanc représentant un objet interstellaire plat d'environ 100 mètres de longueur et flottant dans l'espace.
Poétiquement baptisé Oumuamua ("venu d'ailleurs" en hawaïen) depuis son passage en 2017, cet objet, dont l'origine daterait d'un demi-milliards d'années, nourri de nombreux fantasmes, notamment celui d'être un vaisseau spatial extraterrestre...


Parce que l'artiste travaille actuellement sur ce sujet avec un scientifique, elle demande aux élèves tout ouïe leur avis, leurs pensées et leurs impressions sur Oumuamua.

"C'est une planète !" annonce fièrement un premier collégien. "C'est une météorite !" avance un second. "Non, c'est une soucoupe volante !" clame un autre élève.
Amusée par l'imagination débordante de ces petits jeunes, Gladys Bourdon indique qu'il existe différentes hypothèses pour expliquer ce phénomène : il pourrait s'agit d'un objet fractal de poussières, d'un astéroïde d'hydrogène, d'un morceau d'une planète naine glacée provenant d'un autre système solaire...

 

 

Envisager la possibilité d'une vie extraterrestre

 

Pour la deuxième partie de l'atelier, l'artiste distribue aux élèves deux livrets cartonnés intégrant pour l'un une image circulaire d'une vue microscopique d'un rocher martien et pour l'autre une vue d'un satellite de Jupiter (Io) À partir de ces images, elle leur demande de faire appel à leur imagination pour définir les caractéristiques d'une nouvelle planète (nom, diamètre, température moyenne de surface...) et de décrire l'un de ses habitants (nom de l'extraterrestre, taille moyenne, mode de vie...).


"L'idée est qu'il puisse inventer leur propre planète et s'approprier une réalité bien à eux. Je souhaite les faire se confronter à la possibilité d'une vie extraterrestre afin d'élargir leur champ des possibles", termine Gladys Bourdon.

 

La dernière étape de ce projet passionnant sera la restitution des créations des élèves. Celle-ci se déroulera au sein du collège au mois de mai prochain. Il se murmure qu'à cette occasion, les collégiens porteront un masque d'extraterrestre confectionné par leurs soins. On a déjà hâte d'y être !

Contact

Documents liés