Ramassage des déchets au bord des routes départementales

Publié le 31/07/2020
Mis à jour le 31/07/2020
Routes
Vue 357 fois

Le Département de la Marne appelle les usagers de la route à faire preuve de civisme concernant les déchets retrouvés aux abords des routes départementales.

 

En effet, le nombre de déchets ne cesse d’augmenter, comme peut en témoigner Emmanuel Bujon, agent technique au service des routes sur le territoire de Suippes depuis treize ans : "On en ramasse de plus en plus, notamment aux mois de juillet et août ainsi que sur la période de Noël avec les départs et retours des vacances. Leur nature va des déchets organiques aux encombrants, avec également des produits dangereux ou toxiques comme de l’huile de vidange."

 

Tout au long de l’année, sur les 300 kilomètres de routes que compte le secteur du CRD (Centre routier départemental) de Suippes, les dix agents techniques ramassent entre autres : mégots et paquets de cigarettes, sacs plastique, boîtes en carton de fast-food, canettes vides, bouteilles d’alcool en verre, encombrants, pneus, bouteilles d’urine jetées par des chauffeurs routiers, etc. Bref, le tableau ne fait pas rêver…

 

Une fois ramassés par les agents techniques, ces déchets sont stockés dans une benne appartenant au groupe Suez. Lorsqu'elle est pleine, l'entreprise vide la benne, puis les ordures sont traitées et recyclées.

"L'année passée, 78 tonnes de déchets ont ainsi été récoltés sur les secteurs de Suippes et Sainte-Menehould. Ce volume est en constante augmentation. Depuis 2016, nous remarquons une évolution de + 40 % de déchets en bordure des routes", indique Frédéric Hacquin, responsable de la CIP (Circonscription des infrastructures et du patrimoine) centre-est.

 

 

85 m3 de pneus ramassés dans le département

 

En 2019, sur l'ensemble de notre territoire, 85 m3 de pneus ont été abandonnés aux abords des routes départementales. "Ce qui est exaspérant, c’est qu’aujourd’hui on trouve des déchetteries facilement, et ces services publics gratuits accueillent les usagers sur de larges amplitudes horaires, week-ends compris. Mais des individus peu scrupuleux ne prennent pas la peine d’y aller et continuent de déposer leurs encombrants sur les parkings routiers ou près des routes !" s’indigne Emmanuel Bujon.

 

Il rappelle également que lors de la tonte des accotements, des déchets passés inaperçus avec l’herbe haute sont broyés par les engins de nettoyage. Ce qui non seulement peut s’avérer dangereux pour les agents techniques, mais ces ordures se retrouvent alors réduites en microparticules. Celles-ci imprégnant les sols et pouvant être ingérées par la faune locale.

 

Trois grandes opérations de nettoyage

 

Les actions des agents techniques au service des routes départementales sont organisées autour de trois grandes opérations :

 

  • Au printemps, avant la période de tonte dans les accotements, ils nettoient l’ensemble du réseau routier.
  • Deux fois par semaine, ils se rendent sur les parkings routiers pour ramasser les ordures et vider les poubelles publiques.
  • Tout au long de l’année, ils ramassent et collectent les déchets sauvages aux abords des routes.

 

Des incivilités qui peuvent coûter cher

 

Rappelons que les dépôts sauvages sont sanctionnés par la loi, puisque le Code pénal prévoit des contraventions allant de 45 euros à 450 euros pour "tout dépôt ou abandon, en lieu public ou privé, des ordures, déchets, déjections, matériaux, liquides insalubres ou tout autre objet de quelque nature qu’il soit".
Amendes qui peuvent rapidement s’alourdir si l’abandon a été effectué à l’aide d’un véhicule : "de 1.500 euros à 3.000 euros en cas de récidive".

 

Contact