Bilan de l'accidentalité sur les routes départementales marnaises

Publié le 23/09/2022
Mis à jour le 23/09/2022
Sécurité routière
Vue 274 fois

Parce qu'améliorer l'état des routes, c'est sauver des vies, le Département de la Marne est pleinement engagé pour sécuriser son réseau routier.

Pour l’année 2021, l’Observatoire de la sécurité routière (OSR) dévoile un bilan positif de l’accidentologie sur les routes marnaises.


En charge des 4.200 kilomètres de routes départementales qui traversent la Marne, le Département a fait de la lutte contre l'insécurité routière une préoccupation majeure. De nombreuses actions concrètes et de nombreux aménagements sur des sites identifiés comme étant potentiellement dangereux sont ainsi portés par la collectivité.
L'accidentalité locale fait l'objet d'un suivi spécifique grâce à l’OSR créé par le Département en 2011. Celui-ci agit en lien permanent avec l’État, les collectivités et l'association de prévention routière.

 

 

Une mortalité historiquement basse en 2021

Selon les chiffres de l’OSR, 16 décès ont été recensés sur l’ensemble du réseau routier départemental en 2021 contre 19 en 2020 et 23 en 2019.
Par rapport à la période 2012-2016, l’accidentalité a baissé de 10 % sur les routes départementales au cours des cinq dernières années.
La gravité des accidents est également en baisse, et ce malgré une augmentation du nombre d’accidents et de blessés.


Quatre points de vigilance pour rendre nos routes plus sûres

  • Les traverses d’agglomération (21 % de l’accidentalité)
  • Les courbes de rase campagne (20 %)
  • Les obstacles fixes de rase campagne (20 %)
  • Les intersections de rase campagne (14 %)


Point complémentaire sur le retour à 90 km/h

Le Département de la Marne, comme déjà plus de la moitié des Départements de France, a pris la décision de relever la vitesse maximale autorisée à 90 km/h sur 500 km de routes départementales (13 % du réseau).
Il est évidemment trop tôt pour établir un bilan fiable de cette mesure.
Néanmoins, en première analyse, plusieurs chiffres déjà disponibles indiquent que la décision n’a pas eu d’influence négative sur le nombre d’accidents et sur leur gravité.

Contact

Liens utiles